Skip to content

Accueil > Témoignages > Guillaume

Guillaume

La prépa… pour acquérir une véritable force de travail et une résistance à l’effort prolongé !

mercredi 11 décembre 2013, par yayalb

Mon expérience en prépa : PCSI/PC*


J’étais très hésitant sur la voie à emprunter après ma Terminale S, et c’est un attrait pour les matières scientifiques combiné à une envie d’études exigeantes qui m’a poussé vers les classes préparatoires. Après la visite de plusieurs lycées parisiens et de province, j’ai ressenti un accueil chaleureux lors des portes ouvertes de Montesquieu ainsi que la certitude d’une classe à taille humaine... et c’est important !
De ces études je retiens beaucoup : une réelle entraide entre camarades de classe, bien loin des clichés sur la compétition liée aux concours, une exigence des professeurs pour nous pousser à faire mieux mais aussi et surtout un soutien en cas de besoin. Ici l’enseignement c’est une passion pour la matière mais aussi une volonté de guider les étudiants vers ce qu’ils souhaitent obtenir.
Bien sûr il y a des moments difficiles, quand les chapitres à réviser s’accumulent alors qu’on travaille tard le soir ou que les notes en prennent un coup ! Mais globalement il est important de prendre du recul, l’objectif c’est de ne pas faire d’impasse sur des morceaux de programme et de se fixer des objectifs en termes d’écoles. Pour moi ces deux années sont passées très vite, avec une nouvelle marche à franchir entre la Sup et la Spé, mais je ne regrette pas du tout ce que j’ai pu apprendre : la résistance dans le marathon des concours, la force de travail même dans l’urgence, et la rapidité de compréhension !

 Mon école : l’Ecole des Mines de Nantes


Après ces 2 années en classes préparatoires, j’ai choisi les Mines de Nantes pour son caractère généraliste. Difficile quand on sort de prépa de savoir dans quel domaine on souhaite évoluer ! Comme pour beaucoup d’écoles, la première des trois années permet de se faire une idée du panel des possibilités au travers de cours et d’interventions de chercheurs et professionnels.
J’ai finalement choisi de m’orienter vers le génie industriel et logistique pour les deux années suivantes, car cette fonction est très transversale, qu’importe le secteur d’activité ! Et contre toute attente, l’informatique et la modélisation mathématique y sont des outils scientifiques essentiels pour pouvoir appréhender les flux logistiques ou les systèmes complexes. Ici les sciences sont adaptées de manière concrète aux problématiques d’optimisation du monde industriel.

Mon métier actuel : Ingénieur Méthodes chez Louis Vuitton


Après mon stage de fin d’études au siège de la maison Louis Vuitton à Paris, j’ai pu découvrir les enjeux de la fabrication de maroquinerie de luxe et les problématiques de réactivité imposées par ce milieu en termes d’organisation industrielle. Depuis quelques mois je travaille tout près de Nantes, sur un atelier de fabrication de maroquinerie, car je souhaitais pour commencer un métier proche du terrain. J’y occupe un poste assez complet, entre production et logistique. En tant qu’approvisionneur en matières premières, mon objectif est d’éviter les ruptures tout en limitant les surstocks ! Par ailleurs je suis chargé de projets d’amélioration continue, c’est-à-dire d’optimiser l’organisation de la chaîne logistique ou des lignes de fabrication. Un premier poste idéal pour comprendre les rouages d’une entreprise et acquérir de l’expérience !